Liste des articles

Choix difficile

Bon cholestérol vs mauvais cholestérol

Nathalie Rivard

Nathalie Rivard

Manger sainement:

Spécialiste du web, journaliste et foodie à temps plein

Découvrir cet auteur

Le cholestérol est un type de gras transporté par le sang, qui constitue un matériau de base de nos cellules. Bien qu’essentiel à la vie, il a souvent mauvaise presse, principalement parce que, lorsqu’on a un excès de « mauvais cholestérol », il s’accumule dans les artères et peut provoquer des maladies cardiaques en bloquant la circulation sanguine.

80 % du cholestérol contenu dans notre corps est produit naturellement par le foie, les 20 % restants proviennent des aliments que nous consommons, comme certaines viandes. Comme le cholestérol ne se dissout pas dans le sang, il doit être transporté aux cellules par des molécules de transport appelées « lipoprotéines ». On distingue deux types principaux de cholestérol sanguin, qu’on désigne souvent comme bon ou mauvais cholestérol :

Le bon cholestérol (HDL), produit à partir de gras monoinsaturés et polyinsaturés, peut aider à diminuer l’excès de cholestérol dans les vaisseaux sanguins. Il apporte au foie le surplus de cholestérol des organes pour qu’il soit éliminé. Un taux élevé de HDL aide à prévenir les maladies cardiaques.

Le mauvais cholestérol (LDL), quant à lui, est augmenté lorsque nous consommons des gras saturés et des gras trans artificiels. Il s’accumule lentement par plaques sur les parois des artères qui nourrissent le cœur et le cerveau. On appelle cette condition l’athérosclérose. Si ces artères continuent de rétrécir à cause de la plaque et qu’un caillot vient bloquer la circulation sanguine, cela peut provoquer un infarctus ou un AVC.

Les aliments associés à ce type de cholestérol sont, entre autres, le gras animal et beaucoup d’aliments gras servis en restauration rapide.

Selon le Guide santé du Gouvernement du Québec, plusieurs facteurs peuvent causer un taux anormalement élevé de cholestérol sanguin : l’hérédité, l’alimentation, le tabagisme, le surpoids, le manque d’exercice et certaines maladies comme le diabète et l’hypothyroïdie. Malheureusement, aucun symptôme ne permet de le détecter, il faut donc nous assurer de demander à notre médecin de faire une analyse sanguine lors de notre examen annuel. Puis comme nous ne pouvons rien contre notre génétique, on peut mettre les chances de notre côté en nous assurant d’avoir un poids santé, de faire de l’exercice régulièrement et de limiter notre consommation de gras saturés ou de gras trans.

Pour davantage d’informations sur le test de cholestérol:

Évaluez cet article


Découvrez nos auteurs

Liste des articles

Les commentaires sont fermés.