Liste des articles

Les secrets d’une bonne santé cardiaque

Les secrets d’une bonne santé cardiaque

Sandy Braz

Sandy Braz

Vivre mieux:

Rédactrice, blogueuse et éditrice, forme et art de vivre

Découvrir cet auteur

C’est fou comme je me suis mise à m’inquiéter de la santé de mes parents. Il m’arrive même de déclencher des discussions par des questions comme “ Papa, prends-tu des vitamines? “ ou “ Maman, t’as jamais pensé à te mettre au yoga? “.

Mon père a eu 60 ans cette année. Je ne peux plus m’empêcher de penser au passage du temps qui laisse sa trace. Mais puisque personne n’y échappe, ce que je peux faire de mieux, c’est l’aider à vieillir en santé. La santé cardiaque étant indissociable d’un bon état de santé général, l’idée m’est venue de composer une liste d’habitudes santé appropriées pour les personnes de tous les âges. J’espère qu’elle vous servira lors de discussions avec vos parents cette année, notamment quand vous récidiverez avec une autre question comme « Papa, prends-tu des vitamines? » :

L’exercice : C’est ce qui présente le plus grand défi pour mon père. Son horaire lui permet difficilement de s’abonner au gym ou de faire partie d’une équipe sportive. Mais récemment, il a commencé à faire une marche après le souper. Son pas est modéré, mais assez rapide pour faire augmenter le rythme cardiaque et la température du corps par conséquent. Il admet que ces promenades améliorent la qualité de son sommeil et qu’elles le fatiguent juste ce qu’il faut avant d’aller au lit. Ce qui m’amène au prochain élément de ma liste…

La relaxation et la réduction du stress : Il est question ici de qualité plutôt que de quantité, puisque la vie de tout le monde devient parfois très chargée. Une chose est sûre : prendre le temps de se détendre et de refaire le plein d’énergie est important. Pour mon père, ces moments de détente peuvent prendre la forme d’une période de lecture à la fin de la journée ou d’un instant à soi passé dans la cour avec une tasse de thé. Peu importe ce qu’on choisit de faire, l’essentiel est de s’accorder une pause.

Les choix alimentaires : Pour la plupart d’entre tous, c’est ici que ça se corse. Par exemple, on sait tous que la friture n’est pas ce qu’il y a de meilleur pour la santé. Pourtant, cela ne nous empêche pas de commander des frites ou des calmars frits dès qu’on ouvre un menu. La modération est de rigueur et, bien sûr, la découverte de recettes bonnes pour le cœur titille l’imagination.

Les amitiés. Bien que les experts n’établissent pas de lien très clair entre le stress et les risques de maladie cardiaque, il est démontré qu’une relation existe entre des niveaux de stress élevés (ou le stress qu’on traîne depuis longtemps) et l’augmentation de la pression artérielle ou du taux de cholestérol. Certaines personnes souffrant d’un niveau de stress élevé sont aussi plus susceptibles de développer l’athérosclérose. Mais, grâce à nos amis, il est possible d’améliorer la santé de son cœur en atténuant le stress. Des études démontrent qu’un solide réseau social contribue à réduire le stress, qu’il soit relatif à une dure journée de travail ou à la maladie. Il n’est jamais trop tôt, ni trop tard pour soigner ses relations.

L’alcool. Bon, ici, la question est plus délicate, car plusieurs d’entre nous boivent de l’alcool lors d’occasions sociales. Selon la Fondation des maladies du cœur du Canada, « une trop grande consommation de tout type d’alcool (même de vin rouge) peut causer l’augmentation de la pression artérielle et contribuer au développement des maladies du coeur et des accidents vasculaires cérébraux ». Même s’il est démontré que la consommation modérée d’alcool pose un risque de maladie cardiaque quelque peu inférieur que la consommation excessive ou l’absence de consommation, il reste que la combinaison gagnante d’une meilleure santé du cœur est la suivante : ne pas fumer, faire de l’exercice et cultiver une vie sociale dynamique. À titre de référence, voici en gros ce qui constitue « un verre » :

  • 341 mL / 12 oz (1 bouteille) de bière à teneur moyenne en alcool (5 % d’alcool)
  • 142 mL / 5 oz de vin (12 % d’alcool)
  • 43 mL / 1 1/2 oz de spiritueux (40 % d’alcool)

S’il vous buvez de l’alcool, vous devez limiter votre consommation à un maximum de 15 verres par semaine si vous êtes un homme (pas plus de 3 verres par jour en règle générale) et à un maximum de 10 verres par semaine si vous êtes une femme (pas plus de 2 verres par jour en règle générale).

Évaluez cet article

4143

À lire aussi

  • Marie-Eve Janvier
    0
    Marie-Ève Janvier connaît la chanson : elle a à peine 14 ans quand elle commence sa carrière professionnelle au sein de la troupe de Notre-Dame de Paris. Depuis ces débuts précoces, la chanteuse originaire des... Lire la suite
Découvrez nos auteurs

Découvrir cet auteur

Amanda Riva

Amanda Riva

Conseillère en création et développement de recettes et propriétaire de l'entreprise « The Hot Plate »

Conseillère en création et développement de recettes et propriétaire de l'entreprise « The Hot Plate ». Le magazine 'Saveur' a nommé Amanda parmi les 100 meilleurs cuisiniers amateurs en Amérique du Nord, et ce lorsqu’elle n'avait que 20 ans. Depuis, elle a créé sa propre entreprise en proposant un service complet de créations et développements de recettes. Amanda collabore avec des marques comme Danone pour la création de recettes inspirantes qui éveilleront le chef en vous. L’objectif d’Amanda est d’encourager la confiance culinaire des passionnés de cuisine. Qu'elle participe à la chaîne Food Network, au Huffington Post ou à Kin Communauty, Amanda est toujours à la recherche de nouvelles façons d'aider les amoureux de la cuisine à redécouvrir l'heure des repas avec des ingrédients de qualités. Vous pouvez suivre Amanda grâce à son émission de cuisine en ligne « The Hot Plate », sur son site Web et sa page YouTube.

Lire la suite

Découvrir cet auteur

Andréanne Tremblay-Lebeau

Andréanne Tremblay-Lebeau

Diététiste professionnelle

Andréanne détient un baccalauréat et une maîtrise en nutrition de l’Université de Montréal. En tant que diététiste professionnelle, ses domaines de spécialité sont la gestion de poids santé, l’alimentation saine, l’éducation en nutrition et la cuisine. Elle a partagé sa passion pour les aliments en participant entre autre à la rédaction du livre de recettes de la Fondation québécoise de la maladie coeliaque et en donnant des ateliers de cuisine aux élèves du primaire et aux étudiants universitaires.

Lire la suite

Liste des articles